Vous avez des a-priori sur la filière STAPS ?


Karine Couturier, Directrice des études à l'UFR STAPS vous livre quelques réponses pour mieux vous orienter :
 

En STAPS, on ne fait que du sport

FAUX

La Licence STAPS n'est pas un club sportif dans lequel vous trouveriez une nouvelle occasion de pratiquer votre sport favori. Elle comporte bien sur des heures de pratiques physiques et sportives mais elles sont loin d’être majoritaires. Les enseignements scientifiques (sciences de la vie, sciences humaines et sociales) et technologiques (étudier différentes APS pour en comprendre l’efficacité technique, d'un point de vue théorique, mais aussi pratique) représentent la majorité des enseignements.



STAPS, c’est réservé aux sportifs de haut-niveau

FAUX

Les sportifs de haut niveau représentent à peine plus de 10% des effectifs en STAPS. Ce qui est recherché c'est davantage une polyvalence dans plusieurs activités qu'un niveau de performance maximale dans une activité. L'étudiant STAPS devrait ainsi pratiquer entre 6 et 10 activités physiques et sportives différentes lors de ces deux premières années. Toutefois, la plupart des universités offrent aussi la possibilité d'approfondir ses connaissances dans une discipline sportive notamment pour ceux qui souhaiteront s’orienter vers l’entraînement sportif (ES). Renseignez-vous bien avant.



STAPS, c'est pour faire professeur d'EPS

VRAI et FAUX

Si le professorat d'EPS est l'un des débouchés historiques de la filière, c’est loin d’être le seul. La licence STAPS propose cinq parcours différents en relation avec cinq secteurs de professionnalisation.
Les études en STAPS ouvrent des possibilités d’insertion professionnelle dans le secteur privé non-marchand (associations, clubs, etc.) et marchand, dans le domaine de la santé, l’entrainement sportif, la recherche, la conception de produits sportifs et beaucoup d’autres…



STAPS, c'est uniquement pour les BACS à spécialités scientifiques

FAUX

Même si la formation en STAPS est à dominante scientifique, les candidatures sont globalement appréciées au regard de compétences développées dans 4 domaines :

  • compétences scientifiques (en sciences de la vie et sciences humaines et sociales),
  • compétences littéraires et argumentaires,
  • compétences sportives (en polyvalence et dans une spécialité sportive),
  • investissement associatif / responsabilités collectives

    Ces éléments concourent à accueillir des lycéens ayant des profils divers. Aucune spécialité n'est donc particulièrement préconisée au lycée. C'est le niveau académique dans les spécialités choisies, plus que les spécialités elles-mêmes, qui est regardé. En revanche, les bacheliers technologiques et professionnels rencontrent davantage de difficultés. Mais les STAPS restent ouvertes à tout le monde. Pour en savoir plus sur les prérequis pour réussir en STAPS, consultez notre page web.




STAPS, c’est une filière bouchée

FAUX

Le marché de l'emploi sportif est en pleine expansion mais aussi en constante mutation si bien que l'insertion professionnelle est statiquement bonne mais aussi complexe à appréhender.
Toutes les enquêtes nationales ou celles des structures universitaires montrent que les diplômés STAPS n’éprouvent pas de difficultés à se professionnaliser. En 2018, le taux d’emploi des diplômés en STAPS 2 ans après l’obtention de leur diplôme s’élevait à 84,5%. Ce taux atteint 91,5% pour les Masters (Source : https://c3d-staps.fr/insertion-professionnelle/)




En STAPS, on est très nombreux

VRAI

L'attractivité actuelle des STAPS est réelle. Elle a pu poser ci ou là quelques problèmes organisationnels. Dans de nombreuses académies, le nombre de postulants a été tellement important que les structures ont été contraintes de mettre en place des capacités d'accueil limitées pour maintenir leur qualité de formation. Concrètement, cela signifie que le nombre d'inscrits ne peut excéder un certain seuil fixé en concertation avec les rectorats. Il n'y a pas de sélection à proprement parler, c'est un tirage au sort effectué par Parcoursup qui vient déterminer l'inscription en STAPS. Cette forte augmentation des effectifs a également conduit à accélérer l'introduction des pédagogies innovantes en STAPS. De nombreuses structures proposent aujourd'hui des plates-formes numériques qui mettent à disposition des contenus spécifiques pour permettre aux étudiants de suivre les cours magistraux à un rythme plus individualisé. Il faut donc être autonome et rigoureux dans le travail personnel.



STAPS, c'est pour faire des études longues

VRAI

Une licence, c’est au minimum 3 ans d’études après le bac. Plus de 80% des étudiants titulaires d’une licence STAPS poursuivent leurs études, pour la plupart en Master STAPS.
Il est donc important pour un jeune qui souhaite travailler dans le sport, d’adopter une démarche d’orientation active dès le lycée, notamment en s’informant et en rencontrant des professionnels. Cela permet de comprendre les secteurs d’activités liés au sport, de découvrir les différents métiers qui en découlent et donc de cibler la meilleure formation pour y accéder.